fbpx

Rédiger pour les médias sociaux : 5 techniques de copywriting

Rédiger pour les médias sociaux est vraiment un exercice challengeant. Vous devez être efficace et percutant en un nombre limité de caractères. Pour cause : le vrai défi, c’est de parvenir à capter l’attention d’une audience ultra-sollicitée.

Les Français passent en moyenne 1 h 27 sur les réseaux sociaux chaque jour*. Adeptes du scroll down, nous consommons des centaines de contenus sur Facebook, LinkedIn, Instagram ou encore TikTok. 

Actualités, vidéos humoristiques, partages d’opinions, visuels artistiques… Si nous voyons défiler toutes sortes de publications, notre attention se porte sur quelques-unes d’entre elles seulement. Si elles sont performantes, nous avons même parfois envie de les liker, commenter ou partager. 

Pour une marque, ce sont des objectifs clés : d’une part, capter l’attention de son public cible et, d’autre part, l’inciter à interagir. Ces interactions sont d’autant plus stratégiques qu’elles sont valorisées par les algorithmes des plateformes Social Media. Plus l’engagement sur un post est fort, plus ce dernier sera mis en avant. C’est donc un cercle vertueux, idéal pour accroître votre visibilité sur les médias sociaux, ainsi que votre chiffre d’affaires. 

En élaborant votre stratégie Social Media, vous devez alors inviter votre public cible à l’action. Cela passe par la création de textes engageants, agréables à lire et surtout bien construits. 

Alors, pour vous apprendre à rédiger pour les médias sociaux, nous vous partageons 5 techniques de copywriting. Ce sont des conseils que vous allez pouvoir appliquer dès la rédaction de votre prochain post (ou de vos autres supports de communication digitaux).

Qu’est-ce que le copywriting ? 

Le copywriting se résume à l’art d’écrire pour vendre. En rédaction web, cela consiste à écrire des messages percutants et convaincants pour promouvoir un produit, un service ou une marque.

L’objectif est de créer une émotion chez votre lecteur pour le guider vers une action (notamment, acheter). Votre stratégie de contenu devient alors un outil pour faire progresser votre prospect ou client dans le tunnel de vente et améliorer les conversions. Le copywriting peut ainsi s’utiliser dans vos articles de blog, vos fiches produits, vos landing pages… ou sur vos réseaux sociaux !

Si l’on parle bien d’écriture, le copywriting n’est pas de la littérature. C’est un outil de vente et une bonne nouvelle pour vous si vous n’avez pas d’affinités littéraires. Vous pouvez ainsi travailler vos talents de copywriter en vous appuyant sur des méthodes concrètes, comme la très connue méthodologie AIDA.

Vous pouvez aussi appliquer ces 5 techniques de copywriting pour rédiger des contenus percutants pour les réseaux sociaux.

1) Adapter le ton et le style aux réseaux sociaux

Vos réseaux sociaux ne sont pas des copies conformes de vos pages de vente. Ce sont des canaux privilégiés pour nouer une relation durable avec vos prospects et vos clients. Eux s’y connectent pour y trouver du divertissement : c’est ce que vous devez leur proposer. 

Rédiger pour les médias sociaux implique donc d’employer un ton adapté : professionnel, mais décontracté. 

Par conséquent, vous pouvez faire abstraction de certaines règles habituellement réservées à l’écrit : rédigez comme vous parlez. Vous pouvez, par exemple, utiliser des termes et expressions familières : « Vous avez rechargé vos batteries ? » plutôt que « Vous êtes-vous reposés ce week-end ?« .  Cela doit être naturel et ne demander aucun effort de compréhension à votre lecteur.  

Gardez aussi en tête que chaque réseau social a ses spécificités : vous devez en tenir compte dans votre processus de rédaction. Parlons, par exemple, des différents codes sur LinkedIn et Instagram. 

Sur LinkedIn, le texte est votre priorité (l’image est même facultative). Vous pouvez créer des contenus longs, en privilégiant une approche directe et professionnelle. De ce fait, vous limitez le nombre d’emojis, à utiliser avec parcimonie.

Sur Instagram, l’engagement se joue surtout avec le visuel (image ou vidéo). La légende passe au second plan, même si elle reste importante. Vous pouvez adopter un ton léger (amical, humoristique…) et inclure des émojis, qui facilitent la lecture et donnent de l’éclat à votre texte. 

2) Soigner l’accroche

« L’erreur que font 98 % des entrepreneurs. » 

« La méthode ultime pour mieux rédiger pour les médias sociaux, sans effort. »

« Comment payer moins d’impôts grâce à cette astuce toute simple ? » 

Voici trois exemples d’accroches qui, en copywriting, visent à attirer l’attention de votre lecteur. Si vous employez la méthodologie AIDA, cette phrase est votre premier point : « Attention ». L’objectif est de l’interpeller en une phrase en jouant sur les émotions de votre lecteur : peur, doute, curiosité, envie, joie, tendresse… 

L’accroche est d’autant plus importante sur les réseaux sociaux, où la première phrase de votre publication est généralement la seule à s’afficher. Si votre texte est long, l’utilisateur doit cliquer sur un bouton (par exemple, « Voir plus ») pour lire le reste. C’est donc une action que vous devez l’encourager à réaliser avec votre accroche pour seule arme : elle va décider votre audience à poursuivre ou non sa lecture. 

Au moment de rédiger votre accroche pour les réseaux sociaux, vous pouvez, par exemple : 

  • Insister sur un danger ou un risque (de faire ou ne pas faire telle chose),
  • Apporter des solutions (« la méthode… », « 10 conseils pour… »), 
  • Jouer sur la carte mystère (« le secret pour… »), 
  • Utiliser le marketing négatif (« Ce n’est pas pour toi si… ») 
  • Susciter l’étonnement (« Le point commun entre Coca-Cola et Disney »)

3) Rédiger des textes concis et structurés  

Le temps d’attention de votre lecteur se compte en secondes. Rédiger pour les médias sociaux exige alors de rester concis : vous devez faire court et simple.

Quand vous écrivez pour le web, peu importe le support, privilégiez les phrases de 20 mots au maximum. On considère que, au-delà, cela demande un effort au lecteur lambda : vous risqueriez de perdre son attention.

C’est aussi un moyen de vous assurer que vous êtes toujours le plus clair possible : plus vous rajoutez de mots, plus vous complexifiez la phrase. Pour vous entraîner, commencez par écrire votre texte d’un premier jet. Puis, à chaque relecture, enlevez 5 % du contenu jusqu’à ce qu’il reste uniquement l’essentiel.

C’est ce que vous visez en rédigeant pour les médias sociaux, où les publications courtes sont une norme. Pour être engageant, votre texte doit être percutant ! 

Pour faciliter la lecture de votre contenu, pensez aussi à aérer votre texte : les longs blocs indigestes découragent votre audience. De plus, sauter des lignes vous permet aussi d’attirer l’attention sur des points clés de votre argumentation. Si vous voulez valoriser une phrase, vous pouvez ainsi l’isoler du reste du contenu. 

4) Utiliser le storytelling sur les médias sociaux 

Lorsqu’un utilisateur s’abonne à un profil sur les réseaux sociaux, c’est parce qu’il parvient à s’y identifier. Il se reconnait en la personnalité de la personne ou de la marque qu’il décide de suivre. Rédiger pour les médias sociaux suppose donc de favoriser ce processus d’identification

Pour ce faire, le storytelling est l’un des plus puissants outils à votre disposition. La personnalité de votre marque se résume alors à l’histoire que vous allez mettre en avant : que voulez-vous raconter à votre public cible sur les réseaux sociaux ? 

Du point de vue du lecteur, le récit facilite aussi la compréhension et la mémorisation. Raconter une histoire est alors une manière efficace d’engager votre audience en provoquant des émotions (positives ou négatives). C’est ce que font parfaitement des marques comme Coca-Cola ou Nike.

Le storytelling est une technique de communication éprouvée. Elle contribue à bâtir votre identité de marque, à vous démarquer de la concurrence et, de fait, à améliorer votre chiffre d’affaires.

Néanmoins, pour que le storytelling fonctionne, il est fondamental de rester authentique. Inutile de vouloir faire croire à votre audience ce que vous n’êtes pas ! Les résultats que vous obtiendrez seraient à l’encontre de ceux escomptés. 

5) Expliciter l’appel à l’action

Quel que ce soit le contenu que vous rédigez pour les médias sociaux, il doit servir un objectif précis. À chaque publication, un message : cela doit être limpide pour votre audience, car vous devez l’amener à réaliser une seule action.

L’appel à l’action doit être clair : vous devez prendre chaque abonné par la main et le guider vers votre objectif. Il peut s’agir de commenter, liker, partager, télécharger, acheter, s’abonner… 

Votre appel à l’action peut ainsi prendre la forme d’un verbe (celui de l’action à réaliser) ou être une question. Par exemple, si votre but est d’encourager les commentaires, vous pouvez expliciter l’action (« Dites-nous en commentaires… ») ou poser une question (« Avez-vous déjà… ? », « Et vous, que pensez-vous…? »).

Cela suppose que le contenu qui précède votre appel à l’action favorise ces interactions. Alors, un dernier conseil : rappelez-vous que rédiger pour les médias sociaux demande de soigner chaque détail de votre publication pour qu’elle porte ses fruits.

* Source : Global Web Index, 2021

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCaptcha et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.